Histoire

Les Missions Locales, en première ligne pour l’insertion des jeunes

Les années 70 voient la dégradation de l’emploi en général et la montée du chômage chez les jeunes en particulier. Le système scolaire est perçu comme ne répondant pas ou peu aux besoins des entreprises. En 1981, à la demande du Premier ministre Pierre Mauroy, Bertrand Schwartz remet un rapport, proposant de rechercher des solutions, non pas avec la création de nouvelles institutions, mais à travers une vaste mobilisation institutionnelle et sociale, et surtout une transformation des actions publiques. En 1982, dans cette perspective, l’ordonnance n°82-273 du 26 mars initie la création des Permanences d’Accueil, d’Information et d’Orientation (PAIO) par les municipalités. Cette démarche locale doit permettre :

  • d’instaurer un nouveau type de relations entre les jeunes et les institutions,
  • d’adopter une plus grande cohérence dans la recherche de réponses globales mieux adapté à leur situation.

850 PAIO sont créées, afin d’orienter les jeunes de 16 à 18 ans vers les stages d’insertion.
L’ordonnance 16-71 du 9 avril détermine le cadre de création, le rôle et le champ d’action des missions locales. 62 missions locales se créent.
En 2020, nous comptabilisons 440 Missions Locales sur l’ensemble du territoire. Avec ses 13000 salariés et les 1,1 millions de jeunes accompagnées cela en fait le premier réseau d’accompagnement de jeunes vers l’emploi et l’autonomie.

La Mission Locale de La Rochelle fut parmi les 62 premières Missions Locales crées en France sous l’impulsion notamment de Monsieur Michel Crépeau Député Maire de La Rochelle, Ministre de l’environnement. Elle fusionne en 2006 avec la PAIO de Surgères pour devenir la Mission Locale La Rochelle Ré Pays d’Aunis.

« Rien ne se fera sans les jeunes. [Toute politique] ne peut être entreprise et menée à bien qu’avec ceux à qui elle s’adresse. C’est à eux qu’il revient de donner à l’ensemble des forces sociales concernées des raisons de s’acharner à construire de nouvelles voies. » Cette citation du rapport de Bertrand Schwartz sur l’insertion professionnelle et sociale des jeunes remis au Premier ministre en 1981, qui s’est notamment traduit par la création des Missions Locales, est plus que jamais d’actualité.
Les jeunes sont toujours les premières victimes d’une crise ou d’un contexte économique dégradé et il·elle·s font face aujourd’hui à un risque accru de précarisation. Il·elle·s ont exprimé leurs préoccupations et questionnements en juin 2020 dans une enquête lancée par l’UNML : accéder à un emploi est leur priorité pour la reprise suite à la crise sanitaire.
Les Missions Locales ont un rôle essentiel à tenir pour permettre aux jeunes d’avoir leur place dans la société et d’accéder à un emploi, comme à l’ensemble de leurs droits sociaux.
Les Missions Locales sont, aujourd’hui comme demain, au rendez-vous que nous impose la situation : les jeunes doivent prendre ou reprendre confiance dans notre société, dessiner des perspectives de parcours et ainsi se projeter dans l’avenir.